Retour sur les deux salons provençaux : POWER ENERGIES et CHIMEXPO

Les salons CHIMEXPO et POWER ENERGIES ont fermé leurs portes le 13 octobre dernier au Parc des Expositions d'Avignon. Pendant 2 jours, près de 160 exposants spécialistes de l'énergie et de la chimie étaient au rendez-vous pour présenter leurs solutions aux 1800 visiteurs venus pour une grande part avec des projets concrets.

Cet événement à taille humaine a rassemblé des fournisseurs de qualité, proposant des solutions innovantes et mettant en valeur leur savoir-faire, afin d'apporter aux visiteurs des réponses adaptées à leurs besoins. Tous ces acteurs, regroupés par la même volonté d'échanger et de partager, ont pu faire le point sur les actualités et nouveautés de ces filières.

Différents temps forts ont également ponctué ces 2 jours de salon :
  • Plusieurs conférences ont été présentées par des partenaires de l'événement : CCI Vaucluse, CCI Pays d'Arles, CCI Nîmes, CEA de Marcoule et Cadarache, Pôle TRIMATEC, Pôle CAPENERGIES, ITER, ATSR, UIMM, MASE. Les nombreux participants ont apprécié leurs retours d'expérience et témoignages.
  • 345 rendez-vous d'affaires se sont réalisés grâce au service de prise de rendez-vous, proposé gratuitement aux exposants et visiteurs afin de favoriser les échanges.


POWER ENERGIES AVIGNON 2016

Tous les professionnels des énergies réunis en un seul lieu stratégique

Le salon Power Energies 2016 ouvrira ses portes les 12 et 13 octobre au Parc des Expositions d’Avignon. Ce rendez-vous incontournable a pour objectif de réunir les professionnels des énergies, dans le but de construire et d’échanger autour des solutions d’avenir. A proximité de grands sites nucléaires français, de plusieurs centrales thermiques et hydroélectriques, ainsi que du premier pôle pétrochimique de l’Europe du Sud, cette partie de territoire bénéficie d’un tissu industriel et économique attractif pour tous les spécialistes des énergies.

Les circonstances environnementales actuelles ont mis l’accent sur la nécessité pour les industriels français et étrangers d’innover et de se renouveler en matière d’énergies : Power Energies se veut le lieu de rencontre de toutes les entreprises spécialisées dans ces professions.
Les besoins en énergies sont en constante augmentation. Le salon Power Energies se doit d’y répondre, en proposant à son visitorat de rencontrer durant deux jours, des exposants qui leur présenteront des produits et des services innovants, adaptés pour le présent et l’avenir. Cet événement se veut représentatif des métiers de l’énergie : les exposants présents sur ce salon sont des professionnels de l’équipement, de l’ingénierie, de la prestation de service, de la maintenance, de la distribution et de la logistique, dans tous les domaines.


Nucléaire

L’industrie nucléaire est progressivement devenue la principale source de production d’électricité en France. Le nucléaire couvre 82 % de la production française d’électricité. La France possède 44% des réacteurs européens. Elle produit 14% de l'électricité mondiale.
Actuellement, on compte 58 réacteurs nucléaires en activité pour 19 centrales exploitées avec une puissance installée de 63 gigawatts ; 12 réacteurs nucléaires arrêtés ; 1 réacteur en construction ; 2 centrales en cours de démantèlement ; 3 centres de stockage de déchets radioactifs et un centre de traitement du combustible usé.
Une filière nucléaire est une chaîne d’activités industrielles nucléaires, allant de l’extraction des minerais et leur traitement, en passant par la fabrication des combustibles chargés en réacteur, le fonctionnement des réacteurs et la conversion de l’énergie de fission en électricité ou chaleur, le retraitement des combustibles nucléaires irradiés en réacteur (partiellement fissionnés), le recyclage en réacteur d’une partie des combustibles irradiés, la gestion des déchets nucléaires, jusqu’au devenir des déchets ultimes.


ZOOM SUR...

Le site nucléaire de Tricastin

Situé à 65 kilomètres d’Avignon, le site nucléaire de Tricastin regroupe plusieurs installations du cycle du combustible nucléaire ainsi qu’une centrale. Le plus grand site nucléaire de France emploie aujourd’hui 5000 salariés d’EDF, des entreprises du groupe AREVA et du CEA. La centrale nucléaire, construite en 1974, comprend quatre réacteurs à eau pressurisée de 900 MW chacun, soit une puissance totale de 3 600 MW. Elle produit chaque année environ 5 % de la production électrique française.


Le centre d’études de Cadarache

Le centre de Cadarache se situe à une centaine de kilomètres à l’est d’Avignon, sur la commune de Saint-Paul-lez-Durance. Il est aujourd’hui l’un des plus importants centres de recherches sur le nucléaire en Europe. Le site comprend 21 installations nucléaires et emploie environ 5000 personnes, dont 2100 agents du Commissariat à l’Energie Atomique (CEA). Créé en 1959, le CEA étend aujourd’hui ses activités aux recherches sur les énergies alternatives (biomasse, hydrogène ou solaire) et aux études sur l’écophysiologie végétale et la microbiologie.


La centrale nucléaire de Cruas-Meysse

La centrale de Cruas-Meysse est inaugurée en 1985 à proximité du site nucléaire du Tricastin et à cent kilomètres d’Avignon. Elle comprend quatre réacteurs de 900 MW chacun, représentant environ 4 à 5 % de la production nationale et 40 % des besoins annuels de la région Rhône-Alpes. On compte à ce jour 1255 salariés EDF au cœur de ce site, ainsi que 245 salariés d’entreprises prestataires et 300 à 800 salariés présents sur le site durant les arrêts de tranche.


Le site nucléaire de Marcoule

Le site de Marcoule, à trente kilomètres en aval d’Avignon, accueille quatre installations nucléaires ; le réacteur expérimental de la filière à neutrons rapides Phénix, le laboratoire Atalante, qui traite les combustibles irradiés et étudie la gestion des déchets radioactifs, Melox, l’usine de fabrication de combustible nucléaire MOX et Centraco, le centre de traitement et de conditionnement des déchets radioactifs. Le site emploie à ce jour 5000 personnes, dont 1550 au CEA.


Le projet ITER

Le projet ITER (de l'anglais International Thermonuclear Experimental Reactor) est né le 21 novembre 1985 lors du Sommet des Superpuissances de Genève, dans le but de développer la fusion nucléaire à l'échelle internationale. 21 ans plus tard, sept partenaires (l'Union Européenne, la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée, la Russie et les Etats-Unis) signent le Traité ITER. L'objectif de ce projet est de démontrer "la faisabilité scientifique et technologique de l'énergie de fusion, et ouvrir ainsi la voie à son exploitation industrielle et commerciale". ITER Organization emploie à ce jour plus de 500 personnes venues d'une trentaine de pays, un effectif croissant qui devrait atteindre les mille salariés durant la phase opérationnelle du projet. Les locaux d'ITER sont implantés sur le site de Cadarache, à Saint-Paul-lez-Durance.


Thermique

L’énergie thermique est une énergie cinétique émise à partir des mouvements d’atomes ou molécules d’un corps.
Une centrale thermique fonctionne à partir de combustibles naturels, tels que le charbon, le fioul et le gaz. Ces ressources sont brûlées dans une chaudière pour se transformer en vapeur puis en eau, qui va ensuite actionner une turbine, qui, avec un générateur, va produire de l’électricité.
On compte 12 centrales thermiques à flamme en France.
L’énergie thermique a encore de l’avenir : selon l’Observatoire de l’Energie, « les ressources en charbon sont estimées à plus de 200 ans, celles en gaz à plus de 60 ans et enfin celles en pétrole à près de 40 ans ».
38 % de l’électricité mondiale d’origine thermique est produite grâce au charbon, 15 %, au gaz naturel et 9 %, au pétrole.



Hydraulique

Si l’énergie hydraulique est l’une des premières à avoir été maîtrisée par l’Homme, l’hydroélectricité (la formation d’électricité produite par un système de turbines installées dans les cours d’eau) n’est apparue qu’au XIXème siècle.
Deuxième source d’énergie renouvelable dans le monde, l’électricité qu’elle génère est directement injectée dans le réseau. Elle n’émet pas de gaz à effet de serre et devient, au fil des années, une énergie résolument compétitive.
La France et l’Italie sont les pays qui possèdent les parcs les plus équipés avec 2250 centrales pour le territoire français, soit une production de 7 à 7,5 TWh par an.
Ces chiffres devraient être revus à la hausse avec, notamment, la construction et la réhabilitation de nouveaux sites ou de sites existants.
Le pays exploite 439 centrales hydrauliques et 640 barrages.



Pétrochimie-Gaz

1er pôle pétrochimique de l’Europe du Sud et de Méditerranée, le complexe de Fos-Berre-Lavéra représente 40 % de la capacité française de production des polymères et des produits intermédiaires.
Quatre raffineries y constituent le tiers de la capacité nationale.
Une concentration d’entreprises qui facilite les coopérations et une forte synergie entre les établissements (utilités, propylène, oxyde d’éthylène, personnel mis à disposition…).
Une localisation favorable et une logistique multimodale importante (portuaire, fluviale et des liaisons pipelines, ferroviaire et routières).
Tous les leaders mondiaux sont présents sur ce territoire.
A proximité des usines pétrochimiques de la vallée du Rhône



Éolien

Développée sur le même principe que celui des anciens moulins, l’énergie éolienne convertit l’énergie du vent en énergie mécanique. Les parcs éoliens continuent de se développer en France et en Europe pour produire de l’électricité aussi bien au niveau local qu’à un niveau plus large (par injection sur le réseau d’électricité). Dans un souci d’innovation et de développement durable, cette source d’énergie renouvelable s’inscrit dans la politique énergétique et environnementale de l’Union Européenne.
L'Europe est le 1er producteur mondial d'électricité d'origine éolienne.
La France possède environ 1 200 installations, représentant une puissance totale de 8 291 MW. Les zones de production correspondent essentiellement aux zones les plus ventées du pays, à proximité du littoral. La France possédant beaucoup de côtes, sa capacité de production totale est importante.
Chaque année, environ 500 éoliennes sont mises en service en France, soit 1 000 MW, l'équivalent de la puissance d'1,5 centrale thermique.
6 parcs éoliens off-shore sont en projet le long du littoral français, pour une puissance globale de 3 300 MW.
Aujourd'hui, une seule éolienne de 2 MW fournit de l'électricité pour 2 000 personnes, chauffage compris.



Photovoltaïque

Le soleil constitue une réserve d'énergie renouvelable inépuisable, verte et gratuite. L'énergie solaire photovoltaïque offre une réponse durable aux enjeux énergétiques actuels. Elle contribue à limiter les émissions de CO2 dans l'atmosphère et constitue une alternative aux énergies fossiles.
La production mondiale d'énergie solaire photovoltaïque est de 1 035,9 TWh par an, soit 32 825 kWh par seconde.
La France se place au 6e rang mondial des pays producteurs d'énergie photovoltaïque.
La puissance totale raccordée sur l'ensemble du territoire français est de 5 702 MW pour 330 000 installations.
Le marché de l'énergie photovoltaïque est en constante augmentation en France (30 à 40% par an), avec notamment 800 raccordements d'installations solaires au réseau EDF chaque mois.



emr | énergies marines renouvelables

La France possède le deuxième espace maritime au monde, avec 11 millions de km², et des milliers de kilomètres de côtes réparties sur 4 façades maritimes (Méditerranée, Atlantique, Mer du Nord et Manche) et en Outre-Mer. Grâce à cette géographie favorable, elle bénéficie d'un potentiel de développement des énergies marines renouvelables parmi les plus importants d'Europe.
La France dispose d'atouts majeurs pour se positionner sur ce marché d'avenir : une ressource naturelle importante, une capacité de recherche considérable, un tissu industriel fort et diversifié dans les domaines de l'énergie, de la filière navale, de l'exploitation du pétrole et gaz offshore...



Biomasse

◼ Le biogaz
Le biogaz est un gaz combustible, composé en moyenne de 65% de méthane et 35% de CO2. C'est une énergie renouvelable issue de la biomasse. Cependant, le terme biogaz regroupe une grande variété de gaz issus de procédés de traitements spécifiques, à partir des déchets organiques divers. Selon sa composition, le biogaz présente des caractéristiques comparables au gaz naturel et au propane. C'est un gaz sensiblement plus léger que l'air, produisant deux fois moins de calories par combustion à volume égal que le gaz naturel.
Selon une étude de l'ADEME, le potentiel théorique mondial du biogaz représente un gisement comparable à la consommation mondiale de gaz naturel fossile.
On dénombre sur le territoire 408 installations de production d'électricité à partir de biogaz au 30 septembre 2015, ce qui représente une puissance électrique de 355 MW, en progression de 11% sur les trois premiers trimestres de l'année 2015. Plus des deux tiers de la puissance totale du parc correspondent à la valorisation du biogaz issu d'installations de stockage de déchets non dangereux.

◼ Les biocarburants
Les biocarburants, ou agrocarburants, couvrent l'ensemble des carburants liquides, solides ou gazeux, produits à partir de la biomasse et destinés à une valorisation énergétique dans les transports. Ils peuvent être utilisés purs ou comme additifs aux carburants classiques : gazole (incorporation en tant que biodiesel), essence (incorporation sous forme d'éthanol), au kérosène et aux carburants gazeux. En France, 70% de l'éthanol est produit à partir de la betterave, et 30% à partir de céréales. Le biodiesel est issu des graines oléagineuses (colza, tournesol).
On distingue 3 générations de biocarburants selon l'origine de la biomasse utilisée et les procédés de transformation associés. Aujourd'hui, seule la 1ère génération a atteint le stade industriel.
Les biocarburants participent à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, dans la mesure où le CO2 dégagé lors de leur combustion est compensé par le CO2 absorbé durant la croissance des végétaux utilisés pour leur fabrication.

◼ Les biomasses solides
Les biomasses solides représentent l'ensemble des matières d'origine biologique, pouvant être employées comme combustibles ou sources d'énergie, mais également comme matière première pour la construction durable. C'est une énergie renouvelable nouvelle, qu'il convient de ne pas gaspiller et d'utiliser au mieux, avec les meilleures performances énergétiques.
Le bois énergie constitue la première source d'énergie renouvelable en France : il représente 92% de la production d'énergie à partir de biomasse solide, 72% de la production d'énergie à partir de biomasse (toutes sources de biomasse confondues), 80% de la production de chaleur renouvelable, et 45% de la totalité de la production d'énergie renouvelable.
La France dispose d'une ressource importante en bois, la forêt couvrant 30% du territoire en métropole (16,4 Mha). Les DOM-TOM possèdent également une ressource considérable, la forêt représentant par exemple 96% de la Guyane Française (8 Mha). On peut noter une croissance de cette ressource, étant donné que seule la moitié de l'accroissement forestier annuel est récoltée.
Les principaux fabricants d'appareils de combustion se sont engagés dans une démarche de qualité au travers du label Flamme Verte, qui vise à promouvoir des appareils de chauffage au bois performants. La conception des équipements labellisés répond à une charte exigeante en termes de rendement et d'émissions polluantes, sur la base de normes européennes.



Géothermie

La géothermie, ou "chaleur de la terre", couvre l'ensemble des applications permettant d'exploiter la chaleur contenue dans le sous-sol ou dans les nappes d'eau souterraines. Il existe différents types de géothermie, répartis en deux grands domaines : la production d'électricité et la production de chaleur/froid. En fonction de la ressource, des besoins et de la technique utilisée, les applications sont multiples.
On distingue 3 types de géothermie : la géothermie profonde à haute énergie (150 - 250°C) pour la production d'électricité, la géothermie moyenne à basse énergie (30 - 150°C) pour le chauffage urbain collectif par réseau de chaleur, et la géothermie à très basse énergie (< 30°C) par pompe à chaleur.
La production d'électricité d'origine géothermique dans le monde s'élève à 70,4 TWh. Les principaux pays producteurs sont les Etats-Unis, avec une production de 20 TWh (soit 27,9% de la production mondiale), les Philippines avec 10 TWh (14,6%), et l'Indonésie avec 8 TWh (11,2%).
L'électricité d'origine géothermique représente 1,5% de la production d'électricité renouvelable mondiale
.



Un salon pour valoriser votre savoir-faire

Des actions adaptées à l'événement
  • Cartes d'invitation envoyées par mailings
  • Partenaires institutionnels, médias et presse
  • Relations presse intensives avant, pendant et après le salon
  • Insertions publicitaires
  • Panneaux d'affichage
  • Stickers
  • Bannières sur les sites partenaires
  • E-mailings d'information répartis tout au long de l'année
  • Référencements du salon
  • Conférences, tables rondes, ateliers et rendez-vous d'affaires


© POWER ENERGIES 2011-